lundi 6 novembre 2017

Nietzsche: Nitimur in vetitum

Friedrich Nietzsche - 1864 - Photographe non identifié
« Celui qui sait respirer l'atmosphère de mes écrits sait que c'est une atmosphère des hauteurs, que l'air y est vif. Il faut être créé pour cette atmosphère autrement l'on risque beaucoup d'y prendre froid. La glace est proche - la solitude est énorme. Mais voyez avec quelle tranquillité tout repose dans la lumière ! Voyez comme l'on respire librement ! Que de choses l'on sent au-dessous de soi ! La philosophie telle que je l'ai vécue, telle que je l'ai entendue jusqu'à présent, c'est l'existence volontaire au milieu des glaces et des hautes montagnes, la recherche de tout ce qui est étrange et problématique dans la vie, de tout ce qui jusqu'à présent, a été mis au ban par la morale. Une longue expérience de ce que je tiens de ce voyage dans tout ce qui est interdit, m'a enseigné à regarder d'une autre façon qu'il pourrait être souhaitable, les causes qui jusqu'à présent ont poussé à moraliser et idéaliser.

L'histoire cachée de la philosophie, la psychologie des grands noms qui l'ont illustrée ce sont révélées à moi. Le degré de vérité que supporte un esprit, la dose de vérité qu'un esprit peut oser, c'est ce qui m'a servi de plus en plus à donner la véritable mesure de la valeur. L'erreur (c'est-à-dire la foi en l'idéal) ce n'est pas l'aveuglement; l'erreur c'est la lâcheté... Toute conquête, chaque pas en avant dans le domaine de la connaissance a son origine dans le courage, dans la dureté à l'égard de soi-même, dans la propreté vis-à-vis de soi-même. Je ne réfute pas un idéal, je me contente de mettre des gants devant lui... Nitimur in vetitum, par ce signe ma philosophie sera un jour victorieuse, car jusqu'à présent on n'a interdit par principe que la vérité. »

Ecce Homo, Préface, Friedrich Nietzsche, in Nietzsche par Gilles Deleuze (Ed. PUF, Philosophes)