mardi 28 mai 2013

Blanchot: ce rapace besoin d'envol


La projection du véritable corps (18 novembre 1948) Antonin Artaud


« Il est bien vrai qu'Artaud a souffert de l'esprit et par l'esprit. Il est vrai que sa pensée a été douleur, et sa douleur, l'infini de sa pensée. Mais cette violence qu'il supporte avec un étrange tourment innocent, de même que sa révolte que sa parole affirme, loin de représenter un mouvement particulier et personnel, indique l'insurrection venant d ela profondeur de l'être : comme si l'être n'était pas seulement l'être, mais déjà dans son fond "le spasme de l'être" et ce "rapace besoin d'envol" par lequel furent soulevées sans relâche la vie et la poésie d'Antonin Artaud.» 

Maurice Blanchot