samedi 29 mai 2010

Yeats: Avant qu'il n'y ait le monde

Portrait de Frau Feez - Franz von Stück (1900)
Frau Feez - 1900 - Franz von Stück 
« Si je fais mes cils charbonneux
Et mes yeux de plus de lumière
Et mes lèvres plus écarlates,
Demandant à tous les miroirs
Si tout est comme je veux,
Nulle vanité ! Je recherche
Le visage qui fut le mien
Avant qu'il n'y ait le monde.

Et qu'importe si je regarde
Un homme tout comme si
C'était mon amour quand pourtant
Mon sang est demeuré froid
Et mon coeur ne bat pas plus vite ?
Pourquoi me dire cruelle ?
Pourquoi se croire trahi ?
Je le veux aimant ce qui fut
Avant qu'il n'y ait le monde. »

In Quarante-cinq poèmes, W. B. Yeats, traduction de Yves Bonnefoy (Ed. Nrf, Poésie/Gallimard)