jeudi 29 avril 2010

Giacometti: l'art, ce n'est qu'un moyen de voir

Alberto Giacometti - 1958 - Richard Avedon
 « Je ne crée pas pour réaliser de belles peintures ou de belles sculptures. Quoi que je regarde, tout me dépasse et m'étonne, et je ne sais pas exactement ce que je vois. C'est trop complexe. lors, il faut essayer de copier simplement pour se rendre un peu compte de ce qu'on voit. C'est comme si la réalité était continuellement derrière le rideau qu'on arrache... Il y en a encore une autre... toujours une autre. Mais j'ai l'impression, ou l'illusion, que je fais des progrès tous les jours. C'est cela qui me fait agir, comme si on devait bel et bien arriver à comprendre le noyau de la vie. Et on continue, sachant que, plus on approche de la "chose", plus elle s'éloigne. La distance entre moi et le modèle à tendance à augmenter sans cesse; plus on s'approche plus elle s'éloigne. C'est une quête sans fin.

Chaque fois que je travaille, je suis prêt à défaire sans hésiter une seconde le travail de la veille parce que chaque jour, j'ai l'impression que je vois plus loin. Au fond, je ne travaille que pour la sensation que j'ai pendant le travail. Et si après je vois mieux, si en sortant je vois la réalité légèrement différente, au fond, même si le tableau n'a pas beaucoup de sens ou est détruit, moi j'ai gagné de toute manière. J'ai gagné une sensation nouvelle. , une sensation que j'ai jamais eue (... Cette sensation est sans équivalence.»

Entretien avec André Parinaud - 1962, in Ecrits, Alberto Giacometti (Ed. Hermann, Savoir/sur l'art)